Bruxelles veut secouer le cocotier de l’asile: Folle chimère?

Sara Prestianni / Noborder Network – Wikimedia Commons »

Dans un article consacré au régime Dublin publié le 7 avril 2016 dans deux quotidiens de Suisse romande, Le Courrier et La Liberté le journaliste relève son indispensable réforme et les difficultés d’arriver à un consensus à ce sujet.

En conclusion, il en vient à se poser cette question : Tout ceci ne serait-il pas qu’une folle chimère?

***********

En septembre 1997, Exodus avait participé à la consultation concernant le LIVRE VERT sur le futur régime d’asile européen commun.

À propos de l’accord de Dublin, nous relevions déjà une lacune importante dans le système proposé :

Que faire en cas d’afflux important mettant dans les pays se trouvant aux frontières de l’Europe ?

En répondant à la question 24 (voir page 10) nous faisions des propositions concrètes

(24) D’autres mécanismes sont-ils concevables afin de garantir une répartition plus équitable des demandeurs d’asile et/ou des bénéficiaires d’une protection internationale entre les États membres?

On constate que certains pays (par exemple la Grèce et Malte) se trouvent confrontés à un accroissement très important de demandes d’asile alors que l’on constate une diminution ou une stabilisation dans la plupart des pays de l’UE. Ce phénomène est encore aggravé par le fait que ces pays se trouvent sur la frontière commune de l’UE. Ce sont donc des portes d’entrée sur le territoire communautaire et de ce fait ils subissent de plein fouet l’application stricte de la Convention de Dublin.

Il faudrait donc éviter que des demandeurs ayant réussi à atteindre un pays à l’intérieur du territoire européen ne soit pas systématiquement renvoyés vers des pays qui ne peuvent déjà pas faire face aux demandes qui leur sont présentées directement.

Une règle interdisant l’application du régime de Dublin lorsque le pays visé par un transfert se trouve en dessus du taux moyen européen des nouvelles demandes par rapport à l’année précédente* devrait être établie (Le taux des nouvelles demandes d’asile a diminué de 20% dans l’ensemble des pays de l’UE entre 2005 et 2006 alors qu’il s’est accru de 36% en Grèce durant la même période.)

Instituer une telle règle contribuerait de manière radicale à assurer une meilleure répartition des demandeurs d’asile.

Il serait aussi possible d’envisager d’autres règles consistant à tenir compte de la population et du niveau économique du pays d’accueil.

* Actuellement et avec les progrès de la statistique nous pourrions dire « du mois précédent » ndlr

En définitive c’est exactement ce que propose la Commission européenne une décennie plus plus tard !

Tout ceci est qualifié de « folle chimère » dans l’article publié dans ces deux quotidiens et l’on peut constater que rien n’a changé malgré les grandes déclarations d’intention .

Incapable de s’entendre sur une répartition des personnes en quête de protection, aucune disposition a été mise en place et c’est la faillite des grands idéaux de l’Union européenne : les valeurs indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité.

La Communauté européenne ne va probablement pas disparaître mais elle va rester ce qu’elle a toujours été ; un grand marché européen avec une libre circulation des biens.

Et les réfugiés venant demander notre protection, repoussés de partout continueront à s’entasser aux portes de l’Europe dans des conditions indignes ou à se noyer dans la Méditerranée.

———–

M. OTTET Président d’EXODUS DIGNITY

PS: Même si les pays arrivaient à se mettre d’accord sur une répartition, un autre écueil guette les demandeurs d’asile: La disparité dans l’accès à un statut de protection suivant le pays qui examinera la demande EXODUS avait fait des propositions concrètes visant à pallier à cette difficulté. Ce sujet fera l’objet d’une prochaine nouvelle.

———–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.