CONTRE L’APPLICATION FAITE PAR LA SUISSE DE L’ACCORD DE DUBLIN

256px-stopdublin-lausanne-1oct2016-3

MHM55 – Wikimedia Commons

Lausanne le 1,10.2016

CONTRE L’APPLICATION FAITE PAR LA SUISSE DE L’ACCORD DE DUBLIN

Près de 3000 personnes de tout âge ont clamé, sous une pluie battante, leur désaccord avec la manière dont la Suisse applique l’accord de Dublin.

Située au cœur de l’Europe, la Suisse n’a aucune frontière directe avec les pays extra-européens. En d’autres termes, il faut obligatoirement passer par un   pays de l’espace Schengen-Dublin pour arriver en Suisse..

Par sa situation on pourrait s’attendre à ce que celle-ci fasse un usage généreux de la clause discrétionnaire contenue à l’art 17 du règlement Dublin III :

Il importe que tout État membre puisse déroger aux critères de responsabilité, notamment pour des motifs humanitaires et de compassion, afin de permettre le rapprochement de membres de la famille, de proches ou de tout autre parent et examiner une demande de protection internationale introduite sur son territoire ou sur le territoire d’un autre État membre, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères obligatoires fixés dans le présent règlement.

Il n’en est rien, il suffit que la SEM (Secrétariat aux migrations) trouve une trace même ténue d’un enregistrement dans l’une des nations de l’espace Dublin pour qu’elle renvoie les personnes qui viennent demander sa protection vers un pays où elles n’ont fait que transiter

Cette politique stricte et quasiment automatique conduit à des situations particulièrement douloureuses sur le plan humain.

M. OTTET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.